Décès de Gérard Sendrey : hommage à l’initiateur du Musée de la Création Franche de Bègles

Initiateur du musée de la Création Franche de Bègles, Gérard Sendrey est décédé samedi dernier à l’âge de 94 ans. Le maire de Bègles, Clément Rossignol Puech, rend hommage à cette personnalité emblématique qui fut aussi Secrétaire général de la mairie.

Gérard Sendrey en 2016

« C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Gérard Sendrey. Il restera l’homme de la Création franche : une figure emblématique béglaise à qui la Ville doit la naissance d’un lieu hors cadre pour les créateurs à la marge. Au nom des Béglaises et des Béglais, j’adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches. »

Clément Rossignol Puech, maire de Bègles

Né à Bordeaux, le 12 mars 1928, Gérard Sendrey avait fait carrière dans l’administration territoriale mais c’est en passionné de peinture et de dessin qu’il marqua l’histoire locale de son empreinte. A l’âge de 39 ans, il consacre l’essentiel de son temps libre à la création artistique.

Il expérimente toutes sortes de techniques, de l’encre de Chine à la peinture, du pastel à la mine de plomb, jusqu’au simple stylo à bille et au calame. Il peint sur toile, mais son support privilégié reste le papier.

Il travaille par séries avec une préférence pour les petits et moyens formats. Il réalise des portraits, des sortes de « tricotages », des scènes de genre, des paysages, des animaux fantastiques, des formations de mondes originels, des personnages de la mythologie grecque, des danseurs, etc.

L’œuvre de Gérard Sendrey est présente dans de très nombreuses collections publiques : La Neuve Invention à Lausanne, l’Aracine au Lam Lille Métropole, la Fabuloserie à Dicy, le Folk Art Museum à New York, le musée Charlotte Zander à Bönnigheim, le Museum Im Lagerhaus à Saint Gallen, le musée d’Art Naïf A. Jakowsky à Nice, le musée du Dr Guislain à Gand, le Museum Gugging à Vienne, la Slovak National Gallery à Bratislava.

En 1989, avec le concours de Noël Mamère, il initie à Bègles le « site de la Création Franche » qui prospecte les territoires de l’art brut, de l’art populaire et de l’art naïf : la Création Franche regroupe ainsi des créateurs insoumis, réfractaires à toutes formes de conventions sociales et qui ne s’inscrivent pas dans les schémas institutionnels.

Il héberge aujourd’hui la Collection Création Franche riche de 20.000 œuvres. Devenu musée municipal en 1996, le Musée de la Création Franche est reconnu depuis 2019 « équipement d’intérêt métropolitain » et porte cette année sa candidature pour l’obtention de l’appellation « Musée de France ».

La disparition de Gérard Sendrey intervient alors que le musée connait un renouveau à travers un projet d’ampleur de rénovation et d’agrandissement du bâtiment actuel, pour une réouverture en 2024.

« Avec Gérard Sendrey, je découvre un homme d’une intelligence clairvoyante et d’une formidable générosité pour tous les artistes. Il ne porte jamais de jugements sur eux. Je crois que dans l’art brut et ses dérivés, il fut, aux côtés de Jean Dubuffet, parmi les premiers à comprendre l’extraordinaire force que cet art contenait. »

Adam Nidzgorski*

***

*Témoignage issu du recueil de témoignages A propos de Gérard Sendrey, édité en 2009 à la suite de la première exposition consacrée à Gérard Sendrey au sein du musée de la Création Franche, 20 ans après le début de l’aventure Création Franche.