Qualité des services publics locaux : la Ville à l’écoute des habitants

La Ville de Bègles lance à compter du 5 novembre une large consultation des habitants sous forme d’une enquête téléphonique et via un questionnaire sur internet. Pendant trois semaines, un panel d’environ 3000 Béglais sera contacté par téléphone par le cabinet New Deal pour répondre en toute confidentialité à un questionnaire sur leurs avis et attentes en matière de services publics locaux.

Tout un chacun peut également participer à cette consultation en remplissant le questionnaire mis en ligne sur cette page (voir plus bas).

Objectif : imaginer des adaptations possibles et innover, dans un souci d’amélioration constante de la vie quotidienne des habitants et de solidarité avec les ménages les plus modestes.

Répondre aux besoins des habitants

Avec l’évolution des modes de vie, le développement des usages numériques et le poids croissant de la métropole, de nouvelles formes de relations ont émergé ces dernières années entre les collectivités et les habitants.

Aujourd’hui, la journée de travail standard ne concerne plus que 37% des actifs. Le volume d’emplois proposés est supérieur au nombre d’actifs béglais, pourtant 80% d’entre eux travaillent en dehors de la Ville et ne sont donc pas sur le territoire communal quand les services publics sont ouverts.

Ces quelques chiffres illustrent la nécessité de repenser l’organisation actuelle des services publics locaux. La municipalité a donc souhaité interroger les habitants sur ce qui correspond le plus à leurs attentes et à leurs besoins, et comprendre les services qu’ils jugent prioritaires.

Autre élément de contexte à ne pas négliger : les communes sont les premières victimes de la baisse des dotations imposée par l’Etat en lien avec la réduction des déficits publics. A Bègles, ce manque à gagner au budget municipal représentera -17,4 millions d’euros cumulés entre 2010 et fin 2020.

Un tel contexte contraint les collectivités locales à des adaptations, tout en rappelant que les services publics locaux sont essentiels à la vie quotidienne des habitants et que leur niveau de qualité participe aussi à l’attractivité de Bègles au sein de la métropole.

Faire progresser la « Ville coopérative »

La démarche d’écoute qui s’engage est en cohérence avec la vision de Bègles en tant que « ville coopérative » développée par l’équipe municipale, vision qui s’est illustrée aussi dans les Forums de proximité organisés au début de l’été dans les quartiers.

Cette démarche de consultation des Béglais est animée par l’ambition de maintenir un haut niveau de services dans les domaines prioritaires de l’action municipale : l’éducation, la citoyenneté active (sport et culture), la démocratie participative, l’inclusion sociale (insertion, formation, orientation) et la petite enfance.

Des priorités réaffirmées par le Pacte Citoyen Béglais initié au printemps 2017.

Il s’agit de poursuivre des objectifs :

  • d’équité face au service public local ; c’est, par exemple, aider plus particulièrement les familles travaillant en horaires décalés en leur proposant des solutions de garde pour leurs enfants.
  • d’accessibilité des services ; avec l’essor du numérique, un certain nombre de services peuvent devenir plus facilement accessibles au plus grand nombre.
  • de satisfaction de l’usager, toujours dans un souci d’excellence du service rendu.

Calendrier
– La phase d’enquête débute le 5 novembre et se déroule pendant 3 semaines.

– Puis, jusqu’en février, l’analyse des résultats permettra à la Ville et aux élus de repérer les services publics locaux qui contribuent le plus à la satisfaction des habitants, et de dresser la liste des services « fondamentaux » offerts par la commune au regard des besoins exprimés.

– Enfin, au printemps, une phase d’appel à projets et d’expérimentations permettra d’identifier un service ou équipement pouvant faire l’objet d’une gestion collaborative avec les habitants ; comme par exemple d’équiper certaines salles municipales de dispositifs automatisés d’ouverture et de fermeture pour rendre leur utilisation plus autonome par les associations.

Participez à l’enquête :