La cité numérique

Cité Numérique Bègles

©Bordeaux Euratlantique

Les usages numériques ont désormais envahi nos vies quotidiennes : smartphones, tablettes, Internet sont devenus des objets communs, voire
indispensables. Cette montée en puissance s’accompagne aussi d’une évolution économique. L’avènement du numérique et de ses usages : marchands, culturels ou sociaux doivent être pris en compte par les territoires.

« Le numérique est aujourd’hui un levier de croissance et de développement économique »

Quand on sait que 72% des Aquitains sont connectés à Internet (contre 58% en France) et que 32% d’entre eux sont présents sur les réseaux sociaux, le terrain est pour le moins propice. Or, l’économie liée au Web passera de 3,2% du PIB français en 2009 à 5,5% en 2015. Les possibilités sont immenses.

Un projet innovant

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À la fermeture du centre de tri postal du boulevard Jean-Jacques Bosc, la ville s’est intéressée aux possibilités que pourrait offrir ce bâtiment et ses 20 000 m2, et l’opportunité de prolonger la dynamique créée sur le quartier des Terres Neuves.
Dès lors, une conjonction d’intentions politiques de la Communauté Urbaine de Bordeaux, du Conseil régional et de la Ville de Bègles, se lie autour d’une volonté de créer un lieu référence pour l’économie numérique et émergente : une Cité numérique.
Une tête de pont du savoir-faire Aquitain reconnu dans l’économie numérique.

Le projet béglais, auquel s’associe la Caisse des Dépôts et Consignations, rentre dans le périmètre de l’Opération d’Intérêt National Bordeaux Euratlantique. Après acquisition du site auprès de la Poste, l’Établissement Public d’Aménagement Bordeaux Euratlantique organisera la
consultation de maîtrise d’œuvre et conduira la maîtrise d’ouvrage des études et travaux d’aménagement du site.
Si le projet s’inspire de lieux comme le Lieu Unique à Nantes ou Eurotechnologie à Lille, c’est bien d’une expérience inédite dont il s’agit car la future Cité numérique combinera trois domaines : l’économie, la culture et la formation. En effet, l’innovation du projet se base sur une mixité des utilisations, associant des fonctions économiques, culturelles, éducatives et technologiques.
Le site s’organisera autour de bureaux pour des entreprises de la filière du numérique, mais aussi pépinière d’entreprises, studio d’imagerie virtuelle, espace de co-working et salles de réunions.

Aquitaine Europe Communication, l’agence aquitaine des initiatives numériques animera le site. L’objectif est que toutes ces structures puissent mutualiser des locaux et des compétences sur un même lieu pour devenir un vrai pôle de recherche et d’innovation.
C’est un véritable enjeu de rayonnement à l’échelle de l’agglomération mais aussi nationale. La Cité numérique deviendrait une vitrine technologique grâce à un ensemble d’équipements de haute technologie au service des acteurs du territoire. S’appuyant sur trois univers complémentaires : un pôle pédagogique, culturel et créatif avec le Musée de la Création France et une école numérique ; un pôle technologique et un pôle économique d’innovation numérique.

La touche béglaise

La ville tient à ouvrir ce lieu, avec l’implantation du musée de la Création Franche et d’un espace pédagogique, d’une École du numérique, à destination des demandeurs d’emploi et du grand public, des services de proximités sont également envisagés comme une crèche, une conciergerie solidaire, une Amap ou un centre de recyclage des déchets informatiques sont envisagés.
L’implantation à Bègles de ce projet d’envergure n’est pas un hasard. La ville offre plusieurs atouts. Son emplacement bien sûr avec la proximité de la gare et du tramway. C’est aussi une cohérence politique de développement du territoire. En effet, le sud de l’agglomération était délaissé en termes d’équipements culturels. La Cité numérique s’ancre dans une nouvelle dynamique qui forme un arc de cercle entre le TNBA, la future Méca et la Manufacture Atlantique.
L’offre culturelle sera donc redistribuée et la proximité des Terres Neuves et de son pôle d’économie créative bien implantée participera à l’attractivité du territoire.

Ce projet constitue un levier majeur dans une filière économique en plein essor. 800 emplois qualifiés sont attendus sur ce site, tandis que les Terres Neuves en compteront 700. La filière cinéma de Bègles, le musée de la Création Franche, internationalement reconnu, seront portés par le dynamisme du numérique et pourront donner à la ville une dimension internationale pour ses activités économiques et culturelles.

label frenchtechLa Métropole Bordelaise a obtenu le label national French Tech. La « French Tech » est le nom générique pour désigner tous les talents qui font le numérique en France. Les entrepreneurs bien sûr, mais aussi tous celles et ceux qui construisent la dynamique numérique : les investisseurs, les ingénieurs, les designers, les marketeurs, les chercheurs, les étudiants, les associations, les blogueurs, les opérateurs publics, etc. Pour rappel, la Cité numérique à Bègles en est le lieu phare dans l’agglomération. Fleur Pellerin, alors ministre de l’Economie numérique, était venue au lancement de la candidature bordelaise. Aujourd’hui, neuf écosystèmes ont reçu le label Métropole French Tech : Bordeaux, Grenoble, Lyon, Rennes, Nantes, Aix-Marseille, Lille, Toulouse et Montpellier.
www.lafrenchtech.com

Le centre de tri Jean-Jacques Bosc

Un lieu emblématique de Bègles

Le Centre de Traitement du Courrier de Bègles-Bordeaux, a ouvert ses portes le 30 janvier 1978. Il fonctionnait 24h/24, 6j/7 et traitait chaque jour 2 millions de plis.
Révolutionnaire à l’époque grâce au traitement automatisé du courrier, il a vu, en plus de 30 ans, passer plusieurs générations de postiers. Il prenait en charge l’ensemble des plis et colis du département de la Gironde.
Il a fermé ses portes le 16 novembre 2009, laissant la place à une nouvelle génération de plates-formes, plus modernes, aux meilleures conditions de travail. Le nouveau Centre est implanté à Cestas.