La ville de demain

La ville de demain se construit autour d’une Concertation Urbaine

Fabrique métropolitaine45% du territoire béglais est en réflexion (dont 25% déjà en mutation). Du nord au sud, d’ouest en est, des Terres Neuves à Terre Sud, du Parc de l’Intelligence Environnementale à la Zone d’Aménagement Concertée de la mairie, Bègles se métamorphose. En 2015, la ligne C du tramway traversera la commune du Nord au Sud, irriguant le long de son tracé les quartiers traversés, et permettant ainsi à l’économie locale de prospérer.

Largement concernée par l’Opération d’Intérêt National, Bordeaux-Euratlantique, étroitement liée au processus de mutation de la métropole bordelaise, aux portes de Bordeaux, ceinturée par la Garonne et jouxtant le futur pôle économique de la gare Saint-Jean, Bègles est un territoire majeur, aux potentialités multiples et au devenir plein de promesses.

Mais quel sera le visage de Bègles en 2030 ?

«Parce que le rôle des élus est de préparer l’avenir et d’engager des politiques qui vont au-delà de leur mandat, il est nécessaire de se projeter, dès aujourd’hui, sur ce que sera le visage de Bègles en 2030. Fidèle à sa manière de conduire le développement urbain de la ville, la municipalité veut, encore et toujours, associer les Béglais à la construction de leur ville future. Nous en sommes convaincus : c’est de la réflexion et de la parole des Béglais, imprégnés de leur ville, de son histoire et de sa singularité, que surgiront les meilleures idées et hypothèses de travail pour réussir Bègles 2030 » 

Noël Mamère, Député Maire de Bègles.

Un dialogue permanent et constructif

À Bègles, le travail de concertation a débuté dès 2000. Alors même que le projet de l’ORU n’était que plans et maquettes, les habitants ont été invités à faire part de leurs propositions. La création d’ateliers, de groupes thématiques, la tenue régulière de réunions publiques sont autant de dispositifs qui ont permis aux Béglais de s’engager activement dans la construction de leur ville au quotidien.

« Qu’ils s’agissent de constructions neuves, de rénovations ou de réhabilitations, d’aménagement des espaces publics, les habitants restent au centre de notre préoccupation. L’objectif est avant tout d’améliorer leur quotidien et qu’ils se sentent bien. » déclare Noël Mamère. Des propos prolongés par ceux de Jean-Etienne Surlève-Bazeille, Adjoint délégué à l’Urbanisme et à la Planification Urbaine :

« C’est par une réflexion conjuguée entre habitants, élus et acteurs de la rénovation urbaine de Bègles (architectes, urbanistes, constructeurs…), que nous extrairons des idées-forces et écrirons à « mille mains » le territoire béglais de demain. Il ne s’agit pas de subir les mutations, mais de les accompagner…»

A Bègles, il existe une tradition participative : recueillir les paroles des habitants, cerner leurs attentes, analyser les données existantes, énumérer les potentialités et les hypothèses de mutation, en tenant compte des forces et des faiblesses du territoire, définir les nouveaux espaces publics, imaginer les futures mobilités et les nouveaux modes d’habiter, pour que chaque Béglais vive en harmonie avec son environnement quotidien.

Des racines préservées pour un avenir gagnant

Urbanisme à BèglesA Bègles, on regarde vivre la ville. La stratégie municipale de développement urbain s’appuie sur l’histoire de Bègles et la notion de « trace » : une trace ouvrière forte, construite sur des conquêtes sociales ; une trace paysanne (les maraîchers), qui a subsisté par certaines formes d’habitat et d’espaces ; une trace liée à l’estuaire : Bègles vit au rythme des marées, des solstices et des équinoxes.

Le territoire béglais présente des singularités à partir desquelles s’est construite l’identité de la ville. Au XIXème siècle, ce furent les sécheries de morue, les cultures maraîchères et l’implantation du complexe ferroviaire ; autant d’éléments qui ont forgé la spécificité actuelle de Bègles, que la municipalité s’emploie à préserver et à valoriser. Repenser la ville de demain nécessite de prendre en compte la mémoire béglaise. 

Bègles 2030 : ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre

« La rénovation urbaine, les nouveaux projets qui foisonnent dans toute la ville, le passage du tramway du nord au sud de Bègles : tout cela s’accompagne inévitablement d’une mutation du paysage béglais et, à terme, d’une densification urbaine. Il est indispensable de travailler chaque périmètre en préservant ce qui fait l’âme de Bègles, ses différences, ses identités multiples et ses complexités. » 

Jean-Etienne Surlève-Bazeille.

La ville possède un tracé urbain singulier, composé de petites rues étroites et sinueuses, de jardins cachés, de places et de petits commerces. Ces lieux sont identifiés afin de préserver la pluralité des vies de quartiers qui font la richesse de la ville. Le pari est de réussir la cohabitation de ces particularités et les mutations à venir. Parce que Bègles doit rester Bègles mais, en même temps, jouer le premier rôle sur la scène de la métropole bordelaise à l’horizon 2030.

Construire ensemble la ville dont on a envie

La municipalité et les habitants vont donc réfléchir au cours des prochains mois au visage qu’ils veulent donner au Bègles de demain.

Une réflexion d’abord menée par les habitants, dans le cadre des comités de quartiers, des conseils d’arrondissement, des ateliers d’urbanisme ; par les élus et les acteurs de la rénovation urbaine, lors de réunions en mairie ou sur site.

Au terme de ces premiers dialogues, habitants, élus et urbanistes croiseront leurs réflexions pour définir les axes d’un projet urbain cohérent, porteur du « bien-vivre » à la béglaise.

La réussite est au bout de la concertation.

Voir aussi  : Les grands projets urbains et Vers Bègles 2030