La ville-jardin

zones-humides
Dans un monde citadin, les espaces verts sont une composante à part entière du paysage urbain. Ils contribuent à la convivialité, au lien social, et amortissent le réchauffement de la ville pendant les périodes de canicule. Les espaces verts, ce sont les jardins publics, les squares, les places et placettes, les jardins partagés et bien sûr, les espaces naturels comme le parc de Mussonville. Aujourd’hui, les aménagements d’espaces verts composent avec l’histoire de Bègles, ville aux jardins multiples, venelles et placettes, donnant à chaque quartier sa particularité et son identité.

À la reconquête de la nature

jardins-partagesDepuis 1989, la ville a engagé une politique volontariste pour remettre la nature au cœur de Bègles et la rendre plus agréable aux habitants. En effet l’histoire industrielle du 20ème siècle est encore très présente dans la commune, avec un passé peu préoccupé d’écologie, de préservation de la nature et des séquelles d’une société productiviste.
Pour permettre à cette nature de faire sa place, les berges ont été réaménagées, un chemin de halage permet une promenade familiale, le long de la Garonne. Le projet « nature en ville » valorise la zone humide de Mussonville et les espaces publics avec la création de jardins partagés et de places paysagées.

La règle d’un arbre coupé pour trois arbres plantés, dont un arbre fruitier, a été instaurée.

Elle est appliquée avec rigueur et c’est ainsi que 150 arbres et arbustes sont replantés chaque année. Aujourd’hui, les Béglais bénéficient de 4300 m2 de jardins partagés.
Au total Bègles compte 40 m2 de nature par habitant quand l’objectif national, pour les zones périurbaines, est de 25 m2.

Agir durable

La préservation de l’environnement sous toutes ses formes est au fondement de l’action municipale. Les premières initiatives ont plus de 20 ans : Plan Municipal d’Environnement préfigurant la Charte pour l’Environnement et la Qualité de la Vie ratifiée en 1994, précisant les premières opérations de valorisation du patrimoine naturel : aménagement des Berges de Garonne, réconciliation de la ville avec son fleuve, réhabilitation du Parc de Mussonville.

Face à la disparition irréversible de nombreuses espèces, la ville de Bègles a engagé en 2008 un programme d’actions en faveur de la préservation de la faune et de la flore susceptibles d’être menacées par l’urbanisation du territoire. S’appuyant sur les conclusions du bilan écologique à l’échelle de la ville établi par un cabinet d’études, une Charte de la Biodiversité a été élaborée. Cette charte s’adresse aux services municipaux, aux aménageurs intervenant sur la commune et aux citoyens. Elle se structure autour de deux axes principaux :

– donner un cadre qui prend en compte les sensibilités faunistiques et floristiques des sites sur lesquels des opérations d’aménagement sont entreprises.
-transmettre des pistes d’actions concrètes pour l’entretien et l’aménagement écologique des espaces publics, jardins et parcs.

Le projet « nature en ville » valorise la zone humide de Mussonville et les espaces publics avec la création de jardins partagés et de places paysagées. La règle d’un arbre coupé pour trois arbres plantés, dont un arbre fruitier, a été instaurée. Elle est appliquée avec rigueur et c’est ainsi que 150 arbres et arbustes sont replantés chaque année. Les jardins familiaux se multiplient dans la ville. Aujourd’hui, les Béglais bénéficient de 4200 m2 de jardins partagés.
Articuler les espaces verts publics et donner de la cohérence en créant des cheminements, des trames vertes ou des liaisons douces traversantes dans la commune, c’est ainsi que Bègles pense ses espaces publics. Les berges de Garonne ont été réaménagées et un chemin de halage permet une promenade familiale le long du fleuve.
Des quartiers nouveaux ou rénovés apportent dans leur conception urbaine et paysagère un renouveau qualitatif dans les espaces communs. Terres Neuves, Les Prés Lacoste, Thorez Goélands, Terre Sud et La Zac des Sécheries.
De l’Esplanade, nouvelle place phare de Bègles aux placettes plus modestes, les lieux de convivialité se diversifient et se multiplient.

Carte verte de Bègles

27 000 habitants -1080 ha
60 ha d’espaces verts urbains
200 ha d’espaces naturels (Delta Vert)
3100 arbres identifiés
35 techniciens
3 fleurs : la dernière obtenue en 2012
120 km de voirie
3.7 km de tramway en 2015
3500 points lumineux en gestion

DELTA VERT :
300 Ha de nature en connexion avec les différents projets urbains

TERRE SUD :
Maraîchage : 10 ha
Pré aux moutons : 6,5 ha
Forêt humide : acquisition 3 ha en 2013 –
Maraîchage : acquisition rue Dilly 2 ha en 2011 –

Parc de L’Estey : acquisition 7 ha – 2013
Plage urbaine : 28 ha
Les prés Rimbaud : – réaménagement 2.5 ha en  2009
Domaine Château de Francs : acquisition 15 ha en 2011
Parc des Berges : 14.5ha
Rives d’arcins Estey de Tartifume : réaménagement 5ha en 2013
Parc de Mussonville : 55 ha au total 23 ha de zone humide et 15 ha de parc d’agrément

Espaces verts du Tram

264 arbres
8300 m2 d’espaces verts
2622 arbustes
15 755 plantes tapissantes
2063 m2 de végétaux divers
5000 m2 de pelouses entre les rails

Le Service Espaces Verts et Propreté

Créé dans les années 80, le service des espaces verts et propreté est rattaché depuis 2002 au Pôle Développement Urbain qui regroupe l’urbanisme, l’économie, et les espaces publics, ce qui lui permet d’être directement impliqué dans tous les projets d’aménagement.
Ce service municipal compte aujourd’hui une trentaine d’agents dont 14 agents en espaces verts et 7 agents de propreté appelé Brigades vertes dont les missions sont :
• le fleurissement,
• la plantation, l’entretien et la gestion du patrimoine végétal et arboré,
• la gestion des espaces verts et de la voirie par un plan de gestion différencié,
• la gestion de fontaines et de forages,
• la création et l’entretien des réseaux d’arrosage automatique,
• la propreté de la voirie, des espaces verts et naturels,
• le ramassage des encombrants,
• la propreté lors des manifestations.

Il peut travailler avec des entreprises, associations d’insertions Bèglaises qui interviennent sur la Gestion des Espaces Naturels comme le Parc de Mussonville, les Berges de Garonne, ainsi que dans les Écoles.
A Bègles, les Serres Municipales permettent de produire le fleurissement de la ville.

LA GESTION RAISONNÉE :

une gestion plus écologique et respectueuse de l’environnement

Politique « zéro-phyto »
Dès 2006, Bègles débute la gestion écologique et raisonnée des espaces verts et, en 2009, la ville supprime l’utilisation de produits chimiques sur l’ensemble de ses espaces publics (espaces verts et voirie).
Pour se faire, plusieurs démarches ont été engagées avec, dans un premier temps, la formation des agents relatives à la PBI et les méthodes alternatives.

Dans les massifs, utilisation de paillage issu de taille annuelle et élagage systématique afin de limiter la pousse des adventices, de maintenir l’humidité et ainsi économiser l’eau. Le désherbage est différencié, il est fait manuellement ou mécaniquement selon les besoins.
Dans les zones moins horticoles, la végétation est laissée libre ou se limite à des semis de prairies fleuries pour limiter l’entretien et favoriser la biodiversité. Pour cette dernière, des observations et études par comptage sont effectuées par les agents afin de préserver l’équilibre faune flore des espaces verts.
Enfin, une protection biologique intégrée a été mise en place dans les serres municipales et sur les espaces verts (PBI, piégeage, introduction d’auxiliaires, installation de niches écologiques).

En voirie, des « jardins de trottoir » sont créés avec la participation des Bèglais, en distribuant des sachets de mélanges de graines de prairie fleurie.Ces mélanges sont bien spécifiques à la Ville avec le « mélange spécial Bègles » et «mélange Delta vert ». Ils sont créés à partir d’études floristiques afin de mettre en évidence et assurer la pérennité des espèces spontanées propres à Bègles.

LA GESTION DIFFÉRENCIÉE
Chaque espace est unique en fonction de sa situation, sa composition et sa fréquentation.
Les différents sites suivent une gestion différenciée et raisonnée. Ils sont classés en 4 catégories, de la plus horticole à la plus naturelle, avec un mode de gestion étudié et adapté à chacune afin de garder l’équilibre biologique, favoriser la diversité faunistique et floristique et participer à l’économie d’eau.Cette gestion évolue chaque année en fonction des nouveaux aménagements et de l’évolution des espaces.

LA GESTION DU PATRIMOINE ARBORÉ :

pour un arbre coupé, trois arbres sont replantés dont un fruitier.

La gestion du patrimoine arboré se fait de façon raisonnée en fonction des expertises et des observations rapportées après chaque recensement effectué par l’ONF. L’objectif étant de pratiquer la taille douce et de formation en respectant le principe de la gestion différenciée.
Les agents sont régulièrement formés pour assurer l’entretien des tailles et l’observation des différentes maladies et attaques de ravageurs.
Le classement des arbres remarquables de la Ville est en cours, à ce jour 8 sont classés au PLU : 1 Magnolia, 1 Micocoulier, 1 Chêne vert, 2 Tilleuls, 2 Cèdres et 1 Robinier.

UN FLEURISSEMENT DURABLE : production et fleuristerie

Chaque année le fleurissement est réalisé en suivant un thème bien précis :
En 2011 « le tour du monde à la Béglaise », en 2012 « si Bègles nous était conté » en 2013 « Bègles nous en fait voir de toutes les couleurs » et cette année « Vacances dans nos Régions » avec plantations thématiques qui illustrent certaines régions. Le thème choisi est communiqué aux groupes scolaires et associatifs de manière à solliciter leur participation. Tous les plants sont produits en serre. Six mois de travail sont nécessaires avant le fleurissement estival entre le choix du thème, des couleurs et des variétés floristiques, le travail sur plan, la culture en serre et la mise en place définitive.
7 000 annuelles, 5 200 bisannuelles et 1 000 vivaces sont cultivées par an En plus de la production horticole, la ville de Bègles est équipée d’une fleuristerie qui nous permet de réaliser nos compositions florales pour mettre en valeur les manifestations, vins d’honneur et mariages. Ce savoir-faire est exercé par Françoise Laborie, chef de culture, qui a en charge ces deux secteurs. Forte de ses formations et expériences dans le domaine de la production florale et fleuristerie, elle met un point d’honneur sur le suivi des évolutions techniques et artistiques.

Des efforts récompensés

logo-ville-fleurieTout ces efforts ont été récompensés en 2012 par l’obtention d’une 3ème fleur au label des Villes et Villages fleuris. ce label récompense particulièrement la politique du développement durable de la ville, son mode de gestion, la recherche d’économie en eau, la diversité des espèces plantées. Au-delà du fleurissement de la ville, la destination des espaces aménagés ont été les critères dominants.
Cette 3e fleur est aussi la preuve de la reconnaissance de l’attrait touristique de Bègles avec sa façade en bord de Garonne, l’île d’Arcins ou la zone humide de Mussonville. La volonté de la commune de préserver et de reconquérir son patrimoine naturel est prise en compte.

Et aussi

Cahier de préconisations paysagers de la ville de Bègles (pdf)

Le guide des espaces et parcs naturels (édité par la CUB)
Lire au format pdf

Laisser un commentaire